Réfléchir et dire… un peu

Un site utilisant unblog.fr

22 mars 2019

L’ILE SOUS-LE-VENT merci Jean-Claude

Classé dans : poésies* — linouunblogfr @ 21 h 02 min

L’ILE   SOUS-LE-VENT

Elle dégage en elle cette odeur des Antilles

Quand la brise du vent chahute les halliers.

  Leur parfum s’exhale avec ceux de vanille,

Dans les anses sauvages, où  sommeillent  les voiliers.

L’ombre des filaos rend plus vive la lumière

Des plages de sable blanc bordées de cocotiers.

Le diamant dresse sa silhouette altière

Sur l’écume des eaux  que bercent les alizés…

Au loin, les brisants dessinent de vagues barrières

Lorsqu’ils viennent affleurer la surface de l’eau

Comme des chevaux blancs, dont notre imaginaire,

Fait surgir des embruns l’éclat de leurs sabots.

Puis, la mer s’étale immobile et nue.

On peut voir tout au loin, sous un soleil couchant,

La montagne Pelée qui transperce les nues

Et supplante du Carbet, sa chaîne de volcans.

On la découvre enfin comme une perle unique,

Au cœur des eaux turquoise des îles sous le vent,

Elle porte un nom: celui de Martinique,

A l’ouest les caraïbes et à l’est l’océan.

 

17 mars 2019

Histoire du tablier

Classé dans : VIVRE ENSEMBLE — linouunblogfr @ 21 h 27 min

Te souviens-tu du tablier de ta Grand’Mère ?  Le principal usage du tablier de Grand’Mère était de protéger la robe en dessous, mais en plus de cela :

- Il servait de gant pour retirer une poêle brûlante du fourneau.

- Il était merveilleux pour essuyer les larmes des enfants, et, à certaines occasions, pour nettoyer les frimousses salies.

- Depuis le poulailler, le tablier servait à transporter les oeufs, et de temps en temps les poussins. !

- Quand des visiteurs arrivaient, le tablier servait d’abri à des enfants timides.

- Quand le temps était frais, Grand’ Mère s’en emmitouflait les bras.

- Ce bon vieux tablier faisait office de soufflet, agité au dessus du feu de bois.

- C’est lui qui transbahutait les pommes de terre et le bois sec jusque dans  la cuisine.
- Depuis le potager, il servait de panier pour de nombreux légumes; après que les petits pois aient été récoltés, venait le tour des choux.

- En fin de saison, il était utilisé pour ramasser les pommes tombées de l’arbre.
- Quand des visiteurs arrivaient de façon impromptue, c’était surprenant de voir avec quelle rapidité ce vieux tablier pouvait faire la poussière.

- A l’heure de servir le repas, Grand’ Mère allait sur le perron agiter son tablier, et les hommes aux champs savaient aussitôt qu’ils devaient passer à table.

- Grand’ Mère l’utilisait aussi pour poser la tarte aux pommes à peine sortie du four sur le rebord de la fenêtre pour qu’elle refroidisse; de nos jours, sa petite fille la pose là pour la décongeler.
Il faudra de bien longues années avant que quelqu’un invente quelque objet qui puisse remplacer ce bon vieux tablier qui servait à tant de choses.

Moi,  je l’ai connu aussi pour un emploi formidable ; remonté en poche et accroché de chaque côté,  il formait une couchette pour le bébé. On l’appelait LA DORME, un beau nom !

12 mars 2019

Je suis la somme de tous mes âges…

Classé dans : je pense donc...,spectacles,VIVRE ENSEMBLE — linouunblogfr @ 21 h 48 min

Je viens de lire une lettre bouleversante trouvée après le décès d’une pensionnaire de maison de retraite : A sa question « Que voyez-vous en moi ? », elle répond âge après âge par toutes les étapes de sa vie avec leurs joies, leurs peines, leurs attentes, leurs responsabilités et avec tous ceux qui les ont ponctuées.  Elle concluait ainsi :

« Je me souviens des bons et des mauvais jours. Dans ma tête, je refais le voyage de l’amour et revis mes expériences passées. Et j’accepte que rien ne dure toujours…

Alors ouvrez les yeux et regardez de plus près ! Ce n’est pas une vieille femme fragile et rigide, c’est MOI ! »

Oh tellement vrai! Hier, comme d’autres fois, nous étions près d’un ami qui répondait surtout à nos pressions de mains, nos mots brefs pour le faire sourire… Un homme dont nous connaissons toutes les étapes de vie, sinon les détails, et dont nous savons l’intensité de cette vie. Et nous ne pouvions croire inactif esprit endormi alors nous lui parlions d’hier mais aussi d’aujourd’hui, des vignes justes vendangées, de la tempête qui s’annonçait, des enfants et petits enfants, de leurs blagues et leurs jeux… De nous et nos journées… Et, peu à peu, d’autres autour de nous se rapprochaient… C’est la vie qui était là avec ses rides et ses marques de joie… Comme nous savons que chaque jour d’autres alternent ces visites et ces partages, que des assistantes ne ménagent ni les mots, ni les sourires ni les câlins parfois, alors, nous sommes heureux, pour eux, pour nous qui sommes maintenant des n’âgés comme disent nos petits enfants.. Comme cette dame, chacun est lui, chacune est elle avec tant et tant de j’ai été en eux… La somme de tous nos âges.

11 mars 2019

Je suis un âne!

Classé dans : VIVRE ENSEMBLE — linouunblogfr @ 21 h 38 min

 

l'âne

J’ai reçu ce beau texte, bien plus long car il comportait une morale et des encouragements… je le préfère ainsi… libre pour chacun de s’y projeter, rire ou méditer

Je suis né dans un village AIZENAY qui tirerait son nom du latin (je ne m’y lance pas) signifiant « conducteur d’ânes », sans doute en rapport avec les nombreux moulins à vent qui ponctuaient la région.

Plus tard, enseignant spécialisé, je suis devenu l’un de ces conducteurs d’ânes, ce vocable si longtemps attribué aux écoliers mal dans leur scolarité. Aujourd’hui, ils sont parents, grands-parents proches de la retraite pour certains.. et dans l’ensemble mes ânes mal partis sont bien sortis du puits.

Souvent, je me dis que leur simplicité de réponse dans les situations compliquées, (que d’exemples me restent), me fait regretter de n’avoir et de n’être pas plus âne pour éviter les chemins tordus de la réflexion et les remises en question trop intellectuelles (comme celle-ci d’ailleurs PLOUF !) Je regarderai autrement les ânes Philippe et Martin, du village, désormais.

                 L’âne au fond du puits

Un jour, l’âne d’un fermier est tombé dans un puits.
L’animal gémissait pitoyablement pendant des heures, et le fermier se demandait quoi faire. Finalement, il a décidé que l’animal était vieux et le puits devait disparaître de toute façon, ce n’était pas rentable pour lui de récupérer l’âne.
Il a invité tous ses voisins à venir et à l’aider. Ils ont tous saisi une pelle et ont commencé à enterrer l’âne dans le puits.
Au début, l’âne a réalisé ce qui se produisait et se mit à crier terriblement.
Puis à la stupéfaction de chacun, il s’est tu.
Quelques pelletées plus tard, le fermier a finalement regardé dans le fond du puits et a été étonné de ce qu’il a vu.
Avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l’âne faisait quelque chose de stupéfiant.
Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus.
Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter sur l’animal, il se secouait et montait dessus.
Bientôt, chacun a été stupéfié que l’âne soit hors du puits et se mit à trotter!’

La vie va essayer de t’engloutir de toutes sortes d’ordures.
Le truc pour se sortir du trou est de se secouer pour avancer.
Chacun de tes ennuis est une pierre qui permet de progresser.
Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n’arrêtant jamais.
Il ne faut jamais abandonner!

Secoue-toi et fonce!
Rappelle-toi, les cinq règles simples ! À ne jamais oublier, surtout
dans les moments les plus sombres.
Pour être heureux / heureuse :

-1. Libère ton cœur de la haine.
-2. Libère ton esprit des inquiétudes.
-3. Vis simplement..
-4. Donne plus.
-5. Attends moins.

Merci d’être là…
Ce texte m’a été envoyé, je l’ai trouvé beau,  je n’ai pas pu le garder pour moi et j’ai voulu le partager à mon tour.
J’espère que tu feras pareil.

10 mars 2019

BONNES PÂTES

Classé dans : Non classé — linouunblogfr @ 22 h 17 min

 

          Vendredi soir; je regardais les Enfoirés et je me pris à penser que, eux : les gens sur la scène, les gens des coulisses, les spectateurs, les acheteurs de CD, les donateurs divers et surtout tous ceux qui à des échelons très divers accomplissent un don d’argent, de temps, d’initiatives au quotidien des besoins tous sont des bonnes pâtes… Au-delà du bénévolat, auxquels se rattachent trop la notion de gratuité financière je préfère celle de bonne, belle volonté… cette volonté qui transforme un souhait, un rêve un élan, une intention en un acte et pour beaucoup  en engagement.

Face à ce creuset où se mêlent ces belles volontés j’entends je lis des commentaires acides (tel chanteur a besoin de publicité – tel autre détourne des impôts – tel voisin bénévole ferait mieux de s’occuper de sa famille – que de profiteurs dans la file des assistés … Bien des propos pour ne pas se sentir culpabilisés pour rester en dehors des « gogos » sans doute même pour se placer au-dessus…

Puis comme souvent l’expression a creusé mon esprit : pourquoi avoir choisi « bonne pâte » dans l’émotion du moment de communion généré par cette salle ?

 LA BASE de toutes les définitions : Substance molle, préparation ou produit de consistance pâteuse, dans de nombreux domaines techniques, industriels, commerciaux e artistiques.

Que ce soit pur faire un pâté de sable ou de la céramique en passant par les bases de bien des réalisations culinaires pâtes préalables minéralogiques, tout semble avoir été matière façonnable née d’un beau mélange (un beau pasti)…

Les scientifiques ont démontré que le corps humain est composé d’environ 70% d’eau et d’autres éléments qui se trouvent dans la terre. Ainsi l’être humain provient de l’argile.

Même nous : Dieu forma le corps de l’homme du limon de la terre. Il lui communiqua un souffle de vie, en lui donnant une âme raisonnable, capable de connaître, de vouloir et d’aimer Le dernier jour de la création, Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance » (Genèse 1:26). Il finit ainsi la création avec une « touche personnelle ». « Le SEIGNEUR Dieu modela l’homme avec de la poussière prise du sol. Il insuffla dans ses narines l’haleine de vie, et l’homme devint un être vivant. Le premier homme fut nommé Adam (nom qui signifie terre rougeâtre et rappelle l’humble origine de son corps).

La pâte originelle» (Genèse 2:7). Croire est une solution de facilité, c’est en tous cas bien plus simple que de refuser de croire. Celui qui attend de voir pour croire ne peut s’accrocher à aucun dogme, il se trouve seul devant les questions du bien et du mal, devant le sens à donner à sa vie (car sa vie n’a pas de sens donné, ne donnant accès à rien d’autre qu’au retour à la poussière). le Coran a mentionné cette réalité dans la Parole du Très-Haut: « Nous avons certes créé l’homme d’un extrait d’argile » [Al Mu’minun (les Croyants).

9 mars 2019

INTERDIRE

Classé dans : VIVRE ENSEMBLE — linouunblogfr @ 21 h 51 min

                    1968, date à laquelle on revient toujours : « Il est interdit d’interdire ». C’était au départ empêcher d’aller rejoindre les filles dans leur dortoir pour les étudiants de Nanterre… Tout le reste ne fut qu’un amalgame… dans lequel chacun, plus ou moins bien intentionné, fourrait ses idées, ses fantasmes. En faire une fragmentation morale de la société est un énorme non-sens : Jeune enseignant avant 68, comme pour beaucoup de mes collègues ça n’a rien changé après, ni dans le règlement ni dans son application… J’ai connu les rues de Boulogne Billancourt, d’Auteuil, les bals de village et en bleu, en cravate, les rencontres étaient violentes les transgressions hypocrites, réelles dans les familles comme dans les bandes… Quels ados furent ceux qui vilipendent la permissivité actuelle, chez les autres, combien furent, sont ou seront des parents ouverts autant que fermes…

La peur, pas forcément celle de la violence, est un grand moteur ; peur de perdre sa tranquillité, peur de déplaire à ses voisins, peur de ce qu’en dira-t-on que l’on veut bien appliquer aux autres mais pas se voir appliquer…

Interdire, ce verbe que l’on veut voir appliquer aux AUTRES mais pas à nous. Interdire, ce verbe que l’on veut voir ouvrir à sanction par les « autorités » mais pas pour nous…

Comprendre oui, admettre peut-être, selon les circonstances et la nuisance, discuter toujours si possible, sanctionner, oui avec bon sens et à bon escient avec équité.

De nombreux élèves en responsabilité, de tous âges, de toutes origines, confessions, éducation, niveaux de compréhension, de nombreuses familles, bien des associations m’ont appris que fermeté n’est pas dictature, que discuter, (écouter et dire) n’est pas faiblesse et que réagir ( admettre les raisons de l’autre- maintenir les nôtres – sanctionner et corriger) vaudront toujours mieux que hausser les épaules, baisser les bras et laisser à d’autres le soin de décider pour nous… en fait se réfugier dans l’abstention…

 

8 mars 2019

As-tu le goût des autres ? de Dana LANG

Classé dans : poésies*,VIVRE ENSEMBLE — linouunblogfr @ 23 h 39 min

amitié

 

As-tu le goût des autres, le soir quand tu t’endors ?

Sont-ils près de ton cœur, ces amis de hasard ?

Tous ceux que tu rencontres, à bâbord, à tribord

De ton « bateau » de vie qui porte ton histoire ?

As-tu ce goût intense, du parfum d’amitié

Où chaque confidence, qui sait se partager

Vient t’offrir  chaque instant, un bonbon goût de miel

Et  éclairer ta vie de couleurs arc-en-ciel ?

As-tu cet autre goût, parfum « d’humanité »

Dans ton pays en paix, accueilles-tu « l’étranger »

Qui vient de son histoire, où la guerre, la misère

L’ont fait fuir ce soir, vers toi qui es son frère ?

As-tu ce goût d’enfance, la larme au bord des yeux

Qui est là pour te dire, qu’un enfant est un gueux

L’amour ou la tendresse, n’étaient pas là pour lui

Et son cœur en détresse, fait qu’il pleure aujourd’hui.

As-tu le « goût » des autres ?

Sur ton large océan

Chaque enfant est le nôtre

Sur les vagues du temps.

As-tu ce goût suprême

Qui sait offrir «  Je t’aime, »

Et qui t’offre en retour

Aussi beaucoup d’amour ?

 

 

6 mars 2019

Une richesse : nos enfants – un outil : l’Ecole !

Classé dans : Non classé — linouunblogfr @ 21 h 16 min

Une richesse : nos enfants – un outil : l’Ecole !

Certes l’école ne peut pas tout…. Elle est un des paramètres importants pour le présent et le devenir de l’enfant, mais évidemment pas le seul. Les influences sont permanentes, parfois même lorsqu’il dort, parfois même avant de naître- Je me souviens d’un document formidable visionné et discuté lors de ma formation CAEI (Alors on disait Certificat d’Aptitude à l’Enfance Inadaptée) montrant comment un bébé très agité retrouvait l’apaisement en revivant sa période prénatale à travers un système qui lui faisait entendre la voix, ressentir les attitudes sereines d’une Maman qui avait été très perturbée et donc perturbante pendant sa grossesse.

Bien sûr je suppose que ce souvenir et le sentiment qu’il m’a laissé pourraient être discutés, pourtant je pense que tout le temps où des enfants me furent confiés en tant qu’enseignant spécialisé ou en classe élémentaire, que directeur, qu’intervenant en associations, responsable de centre de loisirs… Je n’ai jamais oublié l’environnement et ses facteurs multiples parfois complexes qui participent à la construction d’une personnalité… « Nul n’est une île complète en lui-même… », évidemment en oubliant la fin de cette citation, surtout pas un enfant….

En ce qui concerne l’Ecole, sa mission est essentielle, bien que ni première, ni unique: elle accueille un enfant qui a déjà son vécu, des structures, des acquis… un enfant qui se construit en permanence à chaque moment de sa journée, dans ses réussites et des échecs, dans ses bonheurs et ses peine…Elle doit en tenir compte sans pour autant oublier qu’elle agit d’abord dans une collectivité ordonnée, interactive, avec ses objectifs, ses  règles et ses impératifs de convivialité

L’enfant est une pierre précieuse avec ses caractéristiques propres, un gemme (Pierre brute découverte dans la terre), que l’on peut certes laisser croître en enfant sauvage, à la cueillette de tout ce qu’il pourra glaner pour   grandir », mais nous avons plutôt choisi de le façonner en embellissant, valorisant ses ressources propres, compenser ses difficultés et assurer son épanouissement individuel et sa meilleure intégration dans cette société.

Plus encore, il faut lui donner les moyens de s’adapter pour réagir au mieux à tous les changements qu’il devra volontairement ou non rencontrer…

A nous, ensemble surtout, de faire de l’Ecole un bel outil. Ce n’est pas une exigence facile à assumer mais il y a déjà bien des établissements, des équipes qui chaque jour la remplissent avec enthousiasme et succès. Le partage de ces vécus est essentiel !

Comment intégrer tous les paramètres qui ont influé et influent sur le devenir de nos élèves sans perdre la spécificité du microcosme précis qu’est l’établissement scolaire pour transmettre des connaissances mais aussi assurer un savoir-faire et un pouvoir être fondamentaux ?

Chaque entrée est une aventure ; d’abord pour les enfants qui commencent une nouvelle vie, toujours vers la grande école vous remarquerez : entrée à la
maternelle, sans doute la plus importante, même pour les habitués de la crèche, puis au C.P. « Tu vas apprendre à lire, à écrire ; c’est toi qui liras des histoires à Papa, à Maman… ». En 6ème, l’émancipation commence sa marche, avec ses séductions et ses inquiétudes.     Au lycée, le regard des autres est devenu encore plus important…  Ce n’est pas « ado. » qui prévaut, comme si c’était un terme d’adulte un peu méprisant, mais pubère suite à « pré-pubère » au collège, comme si l’évolution biologique était plus significative que celle de la psychologie, pour eux, pas pour les parents ! Les niveaux suivants, étudiant, apprenti, ne sont pas les plus détachés des responsabilités familiales mais se vivent, ou devraient se vivre en cogestion…

A chaque étape de la croissance s’affirme l’empreinte de l’éducation personnelle. Les strates, génétiques, familiales et sociales, circonstancielles ou programmées, s’additionnent et s’entremêlent.

Prolétaire, dans son étymologie romaine désignait le citoyen qui n’a que ses enfants comme richesse… C’est un mot magnifique dont je veux oublier la connotation de pauvreté, pour ne garder que celle de richesse présente en route vers l’avenir

Ce n’est pas occulter l’importance de tous les éducateurs qui interviennent, à travers leurs engagements professionnels ou bénévoles auprès des jeunes que de préciser que la mission de l’enseignant est de

Pour que l’école ne soit pas une loterie, il faut généraliser ces initiatives , ce qui n’a jamais empêché les demandes, les implications, les revendications afin d’obtenir des conditions meilleures pour tout notre système éducatif.

4 mars 2019

La ballade Nord-Irlandaise de Renaud

Classé dans : poésies*,VIVRE ENSEMBLE — linouunblogfr @ 22 h 42 min

La ballade Nord-Irlandaise de Renaud

J’ai voulu planter un oranger

Là où la chanson n’en verra jamais

Là où les arbres n’ont jamais donné

Que des grenades dégoupillées

 

Jusqu’à Derry ma bien aimée

Sur mon bateau j’ai navigué

J’ai dit aux hommes qui se battaient

Je viens planter un oranger

 

Buvons un verre, allons pêcher

Pas une guerre ne pourra durer

Lorsque la bière et l’amitié

Et la musique nous ferons chanter

 

Tuez vos dieux à tout jamais

Sous aucune croix l’amour ne se plaît

Ce sont les hommes pas les curés

Qui font pousser les orangers

 

Je voulais planter un oranger

Là où la chanson n’en verra jamais

Il a fleuri et il a donné

Les fruits sucrés de la liberté

1 mars 2019

LA PLUIE de Pierre MORHANGE

Classé dans : poésies* — linouunblogfr @ 21 h 20 min

 

La pluie et moi marchions

Bons camarades

Elle courait devant et derrière moi

Et je serrais notre trésor dans mon cœur

Et elle chantait pour nous cacher

 

Elle chantait pour endormir mon cœur

Elle passait sur mon front sa peau mouillée

Et humaine ma chère pluie

Elle tendait l’oreille

Pour savoir si mon chant silencieux était anéanti

 

Elle me met les mains sur les épaules

Et court tant haut dans la plaine du ciel

Et tant me montre les diamants du soleil

Et tant toujours me caresse la peau

Et tant toujours me chante dans les os

Que je deviens un bon camarade

J’entonne une grande chanson

Qu’on entend et les cabarets et les oiseaux

Disent à notre passage Maintenant

Ils chantent tous les deux

 

 

 

Victor Coudesabot |
Savoirses |
P4corneille |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the blonde box
| Shareprof
| Cgt56chba