Réfléchir et dire… un peu

Un site utilisant unblog.fr

4 avril 2018

Harcèlement…

Classé dans : Non classé — linouunblogfr @ 13 h 11 min

 

Harcèlement à l’école : dire que ce n’est pas nouveau est un truisme, pourtant lorsque la vigilance de tous les adultes, enseignants, surveillants, intervenants… est possible, programmée, institutionnalisée, les limites : éducation, intervention, punition, existent et sont bien perceptibles.

Lorsque le code de vie de l’établissement n’est pas qu’un règlement formel, mais une réalité créée avec tous, population et partenaires de l’établissement, alors il est possible d’offrir aux élèves, et aux enseignants parfois fragilisés, un contexte où les souffrances sont perceptibles et où les aides sont envisageables.

Bien sûr, peut-on entendre, lire, la famille est la grande responsable… Pas certain ! D’abord les parents furent des enfants, et leur propre éducation serait aussi à mettre en cause… Où remontera-t-on ? La Société est bien incriminée aussi, pourtant que de conseils, que de livres, de revues, d’œuvres d’entraide aussi chaque jour s’offrent aux inquiétudes des parents ! Alors quoi, l’instabilité professionnelle, la peur du lendemain, la fièvre de la « gagne » plus néfaste encore que les course aux trésors, le sentiment qu’assurer la « matérielle », le confort et le sur-confort sera toujours une façon d’être vraiment acteurs dans l’éducation des enfants : prévoir pour demain sans s’arrêter sur aujourd’hui…

L’Ecole, n’a pas varié dans ses missions ; elle devrait offrir à tous les enfants qui lui sont confiés, l’égalité des apprentissages en citoyenneté, savoir-faire et connaissances, en toute sérénité. Elle devrait avoir les moyens de compenser les handicaps pour donner à chacun le meilleur départ vers la maturité…

L’Ecole est-elle conçue pour y parvenir ?   Chaque établissement peut-il garantir qu’il est doté des outils nécessaires à sa vocation ? Non, pas dans notre système !

 

Une condition, que je rabâche auprès de tous ceux qui ont une responsabilité, élus, médias, associations… ! L’établissement n’est viable dans sa mission, d’éducation, d’instruction et de sérénité qu’avec une équipe formée, animée par une direction compétente, autour d’un projet établi avec les partenaires, adapté au secteur dans sa spécificité et à la diversité des élèves… Cette équipe n’existe actuellement qu’avec la bonne volonté de certains établissements, elle n’a aucune structure universelle réellement appliquée…  La scolarité devient une loterie !

Harcèlement, suicide, repli, mal être grave… rien de nouveau, sans doute, et l’histoire scolaire de chacun en témoigne, mais comment cela peut-il encore être de nos jours, si fertiles en psychopédagogies sous toutes les formes ? 8 déménagements, 10 écoles avant la 5ème, à chaque fois des accueils de cour difficiles… Dans les établissements où régnaient une vraie vigilance, les conflits trouvaient des apaisements, parfois même jusqu’à l’extérieur de l’école quand les familles étaient informées.

Aujourd’hui, les causes de perturbations n’ont pas diminuées, leurs manifestations ont peut-être gagné en originalité, avec les « réseaux dits sociaux » et encore, un enfant qui agresse, qui se suicide ou qui sombre dans le désespoir est de tous les temps. Par contre, les établissements se sont appauvris en personnel d’encadrement. Fini « Pause-café », fini le « Pion » attentif… fini le psy ou le spécialiste du RASED, finie la préparation des futurs enseignants à l‘éducation autant qu’à l’instruction…

Directeur, j’ai connu ces moments, souvent, où se mêlaient, écoute, apaisement, règles, sanctions aussi. Où se confrontaient les versions des uns et des autres,

Des établissements, à quel prix, avec quelle fragilité, sont soudés en une équipe cohérente, soucieuse de l’accueil, du suivi de tous les élèves et pas seulement de leur classe. Ce n’est pas un conseil d‘établissement ou de discipline qui peut y remédier, c’est une attention de tous en permanence. Notre école est cassée pour des raisons économiques, peut-être mais surtout par une négligence attention structurelle fondamentale et généralisée. Ce ne sont pas des alertes, même fortement médiatisées, des plans ponctuels qui la remplaceront, même pas une autonomie, ce qui fait un peu concurrence et nuit autant qu’une carte scolaire éclatée… Il faut une responsabilisation autour d’un projet de vie adapté, avec ses règles reconnues par toute la communauté, la définition précise du rôle de tous les intervenants… Autrement, malgré toutes les bonnes volontés, la stabilité d’un établissement restera fragile et jamais il ne pourra jouer son rôle d’apaisement et d’enseignement au-delà de toutes les perturbations subies par un enfant hors de ses murs.

Nous ne pouvons pas faire disparaître toutes les perturbations qui menacent l’équilibre de notre jeunesse mais au moins, donnons une chance aux enfants dans nos écoles.

Laisser un commentaire

 

Victor Coudesabot |
Savoirses |
P4corneille |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the blonde box
| Shareprof
| Cgt56chba