Réfléchir et dire… un peu

Un site utilisant unblog.fr

24 mars 2017

Alexis de Tocqueville Mémoire sur le paupérisme

Classé dans : Non classé — linouunblogfr @ 18 h 41 min

-Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux.

-La plupart estiment que le gouvernement agit mal ; mais tous pensent que le gouvernement doit sans cesse agir et mettre à toute la main.

-Les Français comptent toujours, pour se sauver, en un pouvoir qu’ils détestent, mais se sauver par eux-mêmes est la dernière chose à laquelle ils pensent.

Il n’y a, en général, que les conceptions simples qui s’emparent de l’esprit du peuple. Une idée fausse, mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu’une idée vraie, mais complexe

Les partis sont un mal inhérent aux gouvernements libres.

-La charité individuelle produit presque toujours des effets utiles. Elle s’attache aux misères les plus grandes, elle marche sans bruit derrière la mauvaise fortune, et répare à l’improviste et en silence les maux que celle-ci a faits. Elle se montre partout où il y a les malheureux à secourir ; elle croît avec leurs souffrances, et cependant on ne peut sans imprudence compter sur elle, car mille accidents pourront retarder ou arrêter sa marche ; on ne sait où la rencontrer, et elle n’est point avertie par le cri de toutes les douleurs.

-Il faut que les lois soient faites pour les hommes et non en vue d’une perfection idéale que la nature humaine ne comporte pas, ou dont elle ne présente que de loin en loin des modèles

-L’individu est le meilleur comme le seul juge de son intérêt particulier et [...] la société n’a le droit de diriger ses actions que quand elle se sent lésée par son fait, ou lorsqu’elle a besoin de réclamer son concours.

Laisser un commentaire

 

Victor Coudesabot |
Savoirses |
P4corneille |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | the blonde box
| Shareprof
| Cgt56chba